Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Gratitude’

La nouvelle année a commencé. Nous avons pris des résolutions, imaginer de nouveaux projets, échanger des vœux, espérer des lendemains plus enchanteurs. Mais avons-nous pris le temps de nous retourner sur les merveilles de l’année passée ? Sur les moments de joie mais de souffrances aussi parfois, comme le prouve ce texte envoyé par un internaute : « Rendre grâce pour l’année qui s’achève ». De cet acte de gratitude jaillira la lumière qui éclaire les chemins de l’avenir.

Rendre grâce pour l’année qui s’achève

Pour l’amitié et sa célébration solaire et magnifique : pour vous qui avez traversé ma vie et mon âme, pour les routes parcourus ensemble au plus noir de nos nuits et aux petits matins clairs après la pluie des larmes, quand la solitude fond sous la chaleur des cœurs partagés

Pour les déchirures intérieures qui fondent l’apprentissage du mieux aimer

Pour elle, la femme de mon vie, et pour la joie qui s’échappe d’une boucle blonde de sa lointaine et si proche enfance

Pour eux, mes fils et mes filles, qui s’ouvrent à la jeunesse et à la folle beauté du monde

Pour ton œuvre en moi, mon Innommé, mon consolateur, ma lumière et la merveille de mon âme

Pour les joies du métier, nos échanges, rencontres, apprentissages, fatigues et instants de grâce suspendus

Pour les jours de maladie qui m’ont offert des chemins de résurrection après le silence et l’enfouissement

Pour les rires de l’été dans la lumière de midi et les vents clairs descendus du nord

Pour toutes les choses simples qui ont fait chanter mon esprit, les oiseaux, les arbres et les sourires

Publicités

Read Full Post »

Cadeau« Je soutiendrais volontiers que les remerciements sont la plus haute forme de pensée et que la gratitude est un bonheur doublé d’émerveillement », assurait l’écrivain anglais G. K. Chesterton, qui garda toute sa vie un sens très juvénile de l’émerveillement, joint à un sens formidable de l’humour.

Selon lui, on ne manque jamais d’être heureux, car à chaque coin de la rue, un nouveau cadeau attend de nous surprendre. L’émerveillement nous attend à chaque instant si nous nous sommes mis en état de disponibilité, prêts à être surpris par ce qui nous entoure. L’émerveillé est le contraire d’un blasé : il est prêt à voir en toutes choses, en tout être du nouveau, de l’inattendu.

Mais comment arriver à cet état permanent de disponibilité au merveilleux, sans que ce sentiment ne devienne factice ou vaine tentative ? Pour Chesterton, « le test de tout bonheur est la gratitude ». Et cette gratitude consiste d’abord à savoir dire merci pour le don de la vie. « Les enfants sont reconnaissants quand le Père Noël dépose dans leurs bas des jouets ou des friandises, écrit-il dans Orthodoxie. Pourrais-je ne pas être reconnaissant envers le Père Noël d’avoir mis dans mes bas le cadeau de deux jambes merveilleuses? Nous remercions pour les cadeaux d’anniversaire […] Ne puis-je remercier personne pour le cadeau d’anniversaire de la naissance ? »

Comment être reconnaissant sans quelqu’un à remercier, se demandait Chesterton ? Cette question fut l’une de celles qui l’amena à se convertir au catholicisme à l’âge de quarante-huit ans. Que l’on soit croyant ou pas, être conscient du cadeau qu’est la vie est en tout cas le premier pas vers l’émerveillement.

Read Full Post »

GratitudeEt si l’émerveillement avait quelque chose à voir avec la gratitude ? Comme si pour apprendre à s’émerveiller, il fallait d’abord savoir dire : merci !

Quand je m’émerveille devant la lumière du soleil jouant dans les feuilles d’un arbre, l’odeur de terre humide sous la pluie du printemps ou le sourire tendre qui élargit les rides affectueuses d’une femme âgée, serait-ce donc un sentiment de gratitude qui m’amène à l’émerveillement ?

C’est ce affirme le psychologue américain Robert Emmons, qui a consacré sa carrière à la question de la gratitude :

« En route pour le travail, un jour ordinaire, voici que nous remarquons pour la première fois la beauté d’un lever de soleil, une prairie couverte de fleurs printanières, ou une formation d’oies migratrices en plein vol, et un émerveillement baigné de gratitude nous envahit soudain. »

Dans son livre Merci ! Quand la gratitude change nos vies (Editions Belfond, 2008), il assure que « la gratitude est une conscience lucide de recevoir quelque chose de bon. En l’éprouvant, nous nous rappelons les contributions des autres à notre bien-être. »

Recevoir la vie comme un cadeau

Mais qu’est-ce la gratitude ? D’abord une constatation du bien dans notre vie. « Avec la gratitude, nous disons oui à l’existence », remarque Robert Emmons. En second lieu, la gratitude est une reconnaissance du fait que la source de ce bienfait se trouve au moins en partie à l’extérieur de nous-mêmes : les autres personnes, Dieu, les animaux…

Emmons souligne également un des aspects essentiels de la gratitude, qui me paraît rejoindre de près la notion d’émerveillement, c’est le concept d’avantage immérité. Quand j’éprouve de la gratitude, je reconnais en effet n’avoir aucun droit attitré à recevoir ce cadeau ou ce bienfait reçu.

Même phénomène quand je m’émerveille : je reçois en moi quelque chose de totalement gratuit : le lever de soleil m’est donné gratuitement, je l’accueille sans aucun mérite de ma part, sauf peut-être de m’être levé plus tôt pour l’apercevoir et de m’être mis en état de le recevoir. Mais la beauté du soleil levant m’est donnée comme une grâce. Or la grâce ne se mérite pas, elle se reçoit comme un libre don. En somme, pour s’émerveiller, ne faut-il pas commencer par apprendre à recevoir simplement ce qui nous est donné et dire « merci ».

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :