Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘bus’

Le merveilleux est-il toujours extraordinaire, exceptionnel ? Non, bien sûr. Comme dit Christian Bobin, « dans le banal, je vois des miracles ». L’écrivain en sait quelque chose, lui, l’ermite du Creusot, qui ne cesse d’invoquer de livre en livre la « grâce des vies simples ».

De quoi s’agit-il ? C’est une vie, nous dit-il, « qui ne se soucie pas trop d’un ailleurs, ou plutôt qui va chercher l’ailleurs sous ses pieds ». C’est une vie, précise-t-il, « qui cherche partout la gaieté, même et surtout dans les moments obligés, inévitables qu’il aurait été si facile de vivre en somnambules. C’est une vie qui ne renonce jamais à être surprise. »

Petit exercice pour apprendre à voir des miracles dans le quotidien :

1- Vous allez à votHappyre travail le matin :

  • – en bus ou dans le métro , amusez-vous à regarder les personnes autour de vous. Notez ce qu’elles ont d’extraordinaire, notez un sourire, une personne qui vous laisse passer, un merci, un pardon, une conversation, une posture, le livre qu’un tel lit…
  • – en voiture : changez de chemin pour être surpris ou sinon, tachez de regarder les détails que vous ne regardez jamais : un coin de ciel bleu, un arbre isolé, une maison différente des autres… essayez d’imaginer cet arbre, sa croissance, comment il était il y 15 ans, 30 ans, ce qu’il sera dans 15 ans, toutes les personnes qu’il a vu passer, l’alternance des saisons, ce qu’il dit de lui, ce qu’il dit de vous, le rapport que vous entretenez finalement avec lui au fil des jours…

2 – retenez au moins une idée chaque jour sur votre trajet.

3 – une fois arrivé à votre travail ou le soir chez vous, notez cet émerveillement du jour sur un carnet, un journal, votre ordinateur… Vous pouvez écrire très simplement, ne vous forcez pas si vous n’avez pas envie de faire de belles phrases ; l’essentiel est de faire nôtre ces moments, ces émotions, ces sentiments.

4 – Astreignez-vous à écrire pendant au moins un mois d’affilé. Au bout d’un mois, relisez vos notes et demandez-vous ce que cela vous a apporté, ce que cela a changé en vous. Et continuez si le cœur vous en dit. Ou bien arrêtez votre journal, mais gardez l’habitude de « voir des miracles dans le banal », comme dit Christian Bobin.

Publicités

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :